Panier

Aucun produit

0,00 € Livraison
0,00 € Taxes
0,00 € Total

Panier Commander

Lettre d'informations

L'Amélioration du rendement du Cacaoyer

 

Au Cameroun, neuf nouvelles variétés de cacaoyer à rendement amélioré par la recherche sont en cours de vulgarisation. Testées par l’Institut de Recherche Agricole pour le Développement (IRAD), elles devraient permettre d’accroître le rendement des cacaoyères jusqu’à 2000 kg/hectare de cacao et ce, à partir de la cinquième année après les semis, le rendement moyen étant de 500 kg/hectare pour les variétés actuelles. Les chercheurs espèrent que ces cacaoyers « nouvelle génération » permettront de régénérer les plantations camerounaises de cacao. Les cacaoyères locales sont constituées à 80% d’arbres qui sont peu productifs, à cause d’une moyenne d’âge très élevée (50 ans). Les variétés améliorées par la recherche commencent à produire 2 ans après les semis, contre 5 ans pour les variétés ordinaires.

Le Cameroun, cinquième producteur mondial  après la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Nigeria et l’Indonésie, vise une production de  600.000  tonnes de cacao « marchand de qualité » à l’horizon 2020. 193 pépinières ont été mises en place dans l’Est et le Sud pour permettre aux producteurs de se procurer ces nouveaux végétaux pour la régénération et l’extension des cacaoyères. Pour obtenir de bons résultats, les producteurs sont invités à observer une bonne conduite des parcelles, notamment l’élimination des branches non productives, la gestion de l’ombrage, le débarras des hémiparasites et des auxiliaires (adventices) au sol. Le traitement phytosanitaire doit s’effectuer selon les doses recommandées.

En Côte d’Ivoire, le verger cacaoyer est de plus en plus vieillissant. Pour le régénérer et augmenter la production cacaoyère ivoirienne, la technique d’ « embryogenèse somatique » a été décidée pour relever les défis du marché. C’est dans ce contexte qu’un laboratoire a été installé au CNRA pour piloter le projet. Il a été inauguré au siège de cette structure, à Adiopodoumé en présence des partenaires au grand complet, notamment le Groupe Mars, partenaire du projet, qui a annoncé que son succès dépendra de la disponibilité des semences et engrais. Si les besoins des producteurs sont satisfaits, son groupe en profitera. Le laboratoire permettra la production de jeunes plants de cacao qui seront « clonés » et largement diffusés afin de donner un souffle nouveau à toute la cacao-culture ivoirienne.  Le projet est expérimenté à Soubré dans l’ouest ivoirien et vise à améliorer les revenus des producteurs, la gestion des espaces cultivés et l’organisation des communautés de cacao-cultures. L’industrie cacaoyère ivoirienne connaissant ces dernières années un sérieux recul de l’offre sur les marchés mondiaux autant pour la quantité que pour la qualité ne peut qu’espérer le succès de ce projet.

L’Indonésie produit déjà plus de 20 millions de plants « in vitro » par an. La première récolte a lieu après seulement 18 mois au lieu trois ans. La productivité de ces cacaoyers est nettement améliorée  avec 1,8 tonne/hectare contre 500 kilos antérieurement.

Un « super cacao » sucré, résistant et productif vient d’être mis sur pied en croisant trois variétés de cacaoyer : une qui donnait des fèves très douces, une autre produit de grosses fèves et une troisième qui résiste aux maladies. Cela promet beaucoup de changement dans les années à venir, peut-être au détriment de la qualité du cacao.

 

Recherches associées:  Les Cépages du Cacaoyer La législation du ChocolatLa Botanique de CacaoyerPréparation des fèves du Cacaoyer, Les Classifications du CacaoLes Chocolats Pur Beurre de CacaoLes Formes du ChocolatLe Fourrage des ChocolatsAmélioration du Rendement du Cacaoyer, La Production Mondiale de CacaoLe Chocolat BiologiqueLe Chocolat et l'environnement.